Menace sur l’emploi

Conseil municipal du 31 janvier 2007 – Intervention de M. Arminjon –

Comme beaucoup de nos concitoyens, j’ai été alerté par voie de presse des incertitudes liées au devenir de la clinique LAMARTINE. Cet établissement, que vos prédécesseurs ont pourtant toujours eu à coeur de soutenir, est aujourd’hui confronté à une situation aussi inédite que préoccupante, du moins en ce qui concerne la sauvegarde de l’emploi à Thonon.

Alors que son horizon financier semblait se dégager grâce à son rachat par le groupe GENERALE DE SANTE, et que son rapprochement programmé avec la polyclinique de Savoie permettait d’envisager le développement sur Thonon d’une activité de soins de suite et de réadaptation fonctionnelle complémentaire à celle du secteur public ;

Voilà en effet que la vente par les HÔPITAUX DU LEMAN de leurs locaux d’Evian à la MGEN vient directement menacer le maintien à Thonon d’une offre de soins pourtant jugée nécessaire. Aussi, et sans qu’il soit ici question de remettre en cause ce choix, vous conviendrez de l’impression d’improvisation que donne la gestion de ce dossier.

En votre qualité de Maire de Thonon, vous avez en effet été constamment tenu informé du projet relatif au rachat de la clinique, tandis qu’en votre qualité de Président du conseil d’administration des HÔPITAUX DU LEMAN, vous ne pouviez ignorer les tractations menées en vue de la reconversion du site d’Evian.

Accessoirement, on peut aussi légitimement s’interroger sur l’absence de mise en concurrence pour cette cession de biens publics. Mais là n’est évidemment pas l’objet de mon propos. Seul m’importe aujourd’hui le sort de la centaine de salariés de la clinique, à l’échéance 2010.

Censé devenir un pôle d’excellence en matière de soins de suite, de réadaptation fonctionnelle et de rééducation, le site de Thonon nous assurait en outre du maintien de l’activité de consultation et donc de la présence de spécialistes médicaux de tout premier plan dont certains n’ont pas même d’alter ego à l’hôpital.

C’est donc tout le dispositif de soins sur notre territoire qui pâti directement de cette situation. Aussi, vous serais-je reconnaissant de bien vouloir apporter à notre assemblée toute l’information nécessaire à la bonne compréhension des tenants et aboutissants de ce dossier et aux circonstances qui ont conduit à la situation présente.

N’osant imaginer que la santé de nos concitoyens ne vous préoccupe pas, je vous invite en outre à renouer sans délai les fils du dialogue en associant évidemment votre collègue Marc FRANCINA, Député-Maire d’Evian, à un tour de table qui réunira élus, autorités de tutelles et acteurs de santé.

Commentaires fermés