De l’utilité des retraités

A l’attention du MOUVEMENT CHRETIEN DES RETRAITES
15, rue Sarrettes
75014 PARIS
Thonon-les-Bains, le 15 avril 2012
Réf./ 50e Anniversaire MCR

Madame la présidente,

Vous m’avez interrogé sur le rôle des retraités dans nos sociétés contemporaines.

C’est donc bien volontiers que je vous livre ces quelques réflexions qui, je l’espèce, viendront nourrir vos débats à l’occasion du 50e anniversaire du MOUVEMENT CHRETIEN DES RETRAITES.

Retraités et Entreprises

Nombreux sont ceux qui s’inquiètent de voir nos dirigeants d’entreprise privilégier une rentabilité à court terme en se séparant prématurément des salariés les plus anciens, jugés trop coûteux, au profit de jeunes peu qualifiés et embauchés sous contrats précaires. Encouragés en cela par des dispositifs de pré-retraite et des aides spécifiques aux jeunes…

Il s’agit, à mon sens, d’une erreur stratégique, qui méconnaît les avantages qui pourraient être retirés d’un système de tutorat où les jeunes salariés seraient guidés par leurs aînés plus expérimentés et enclins, en fin de carrière, à transmettre leur savoir-faire.

Outre l’inévitable dévalorisation associée à un départ à la retraite subi, le système actuel ne permet pas aux jeunes de s’inscrire dans une culture d’entreprise où le projet collectif l’emporterait sur une vision purement comptable des rapports sociaux.

Il me paraît dès lors fondamental de lutter contre cette dérive et d’encourager le développement d’associations de retraités en charge du recrutement et de l’accompagnement des jeunes dans l’entreprise.

Retraités et Familles

Là encore, nos sociétés se singularisent par un éclatement de la cellule familiale (développement du travail féminin, explosion des familles monoparentales et phénomène induit de décohabitation), qui se solde par un accroissement des inégalités en termes d’éducation et d’accès à l’instruction.

Des études récentes de l’OCDE montrent qu’il existe une corrélation entre les difficultés sociales et l’échec scolaire.

La nécessaire rationalisation des moyens alloués à l’Enseignement – dont on sait qu’ils ne sont pas en rapport avec les résultats obtenus – et la raréfaction des vocations m’amènent à proposer un retour massif des retraités à l’école ou même au sein des familles aux fins d’accompagnement scolaire.

Outre qu’il ranimerait une solidarité intergénérationnelle perdue, ce système présenterait l’avantage de récréer du lien, là où il fait le plus défaut…

Retraités et Associations

La France compte un million d’associations, qui vivent grâce à l’implication de treize millions de bénévoles, dont une bonne part sont des retraités.

En quête de nouvelles aspirations, ces derniers y déploient leur savoir-être après une carrière professionnelle souvent bien remplie, mais pas toujours aussi valorisante au plan social.

L’échange et l’utilité sociale sont évidemment au coeur de cet engagement et nous devons soutenir ce mouvement en évitant toutefois l’écueil de la dispersion de moyens devenus rares.

Vous l’aurez compris, je suis convaincu de l’utilité de maintenir des liens intergénérationnels descendants, mais aussi ascendants (problématique du 4e âge et des moyens de différer la perte d’autonomie) et vous assure de mon soutien dans votre démarche.

Espérant avoir répondu à votre attente, je me tiens, Madame, la Présidente, à votre disposition pour échanger plus amplement sur ces sujets.

Commentaires fermés